Sunday, 21 September 2014

Un but d'la Bibl'ye - Bible snippet

La Pathabole des dgiêx vièrges (La Bouonne Nouvelle s'lon Matchi, Chapitre 25, vèrsets 1-13):

The Parable of the wise and foolish virgins in the Gospel according to Matthew, 25: 1-13:

Dans chu temps-là l'rouoyaume des cieux r'sembliétha à dgiêx vièrges tchi, quand il' eûdrent prîns lus lampes, lus en fûdrent au d'vant du brûman et d'la bru. Y'en avait chînq parmi ieux tchi 'taient bêtaches et chînq tchi 'taient avisées. Les chîn bêtaches prîndrent lus lampes sans prendre dé l'hielle auve ieux. L's avisées, ieux, prîndrent des joudgies dg'hielle auve lus lampes. Coumme lé brûman 'tait r'tèrgi, i' lus accliâssîdrent, touos ieux, et lus endormîdrent. Mais d'vièrs mînniet nou briyit, "Né v'chîn l'brûman tch'arrive! Allez l'atchilyi!"

Dé siette toutes ches vièrges lus l'vîdrent et griyîdrent lus lampes. Les bêtaches dîdrent ès avisées, "Bailliz-nous d'vot' hielle, car nos lampes lus dêteingnent!"

Mais l's avisées rêponnîdrent, "Nânnîn, i' n'y'en étha pon assez pouor vous et pouor nous. Allez pus à co siez les cheins tch'en vendent, et acatez-en pouor vous-mêmes!" Et quandi qu'i' 'taient hortes à en acater, l'brûman arrivit et les cheinnes tchi 'taient grées entrîdrent acanté li ès neuches, et l'us fut freunmé. Auprès eune pause, né v'là l's aut's vièrges tch'èrvîndrent et dîdrent, "Maît, Maît, ouvre-nous l'us!"

Mais i' rêponnit, "Véthe jé vos l'dis qué jé n'vos r'connais pon." Vilyiz don, viyant qu'ou n'savez ni l'jour ni l'heuthe.

Friday, 19 September 2014

1915: Êlu sans opposition - Elected unopposed

Caouain sembliait apprécier l'manque d'opposition ès êlections en 1915 (les partis politiques à chu temps-là 'taient les Rouoges et les Blius) - mais y'a des doutanches si l'Rouoyaume Unni en fut dé vrai înspithé tout coumme. (Note sus la transcription: Y'a des [buts illiêsibl'yes] dans not' copie du texte):

The Owl seemed in favour of uncontested elections in 1915 (the contemporary political parties were the Reds and the Blues) - but it's doubtful if the UK really took inspiration from this. (Note on the transcription: There are some [illegible passages] in our copy of the text):

Je ouïyais un homme se pliaindre l'aute jour que l's affaithes, en effet d'politique n'allaient pas bain en Jêrri.

Je li d'mandi tch'est qu'i' voulait dithe par ch'la, et i' m'raiponnit "Jamais j'n'avons d'êlections acheteu, tout est mort, sapresti!"

J'eûmes une longue dischussion là d'sus, et même i' n's'en fallit pas fort que j'eussions du brit.

Selon li, ch'tait un bain mauvais signe quand tout allait trantchillement et qu'i' n'y avait pas d'opposition dès qu'une poste devenait vacante et que nous y r'mettait l'même homme, Et pis, comme i' disait, "Nous aime bain à aver l'faune d'une êlection."

"Oh!" j'lis dis, "ch'est un triste faune, j'en ai veu d'vant, d'vos êlections, et 'ous en faites une vraie salopethie."

1915: Lé Caouain et l'griffon - The Owl and the scarifier (3)

(siette et fîn)

Les hommes de journée étant v'nus dans l'bel, je sortîmes dehors et l'bouanhomme lus dit "Apportez l'griffon au clios, garçons."

Tu vai Caouain, un année comme chennechîn je n'passons pas not'e temps à les digoter avec un grapin comme le temps passé, mais je mettons l'griffon partout, ch'est bain pus vite fait."

I' trimmait les pattes de san griffon à la profondeur nécessaithe, et l's hommes se minrent à haller d'sus.

V'là tchi fu bain pour un rang ou deux, mais quand vint un temps les hommes quémenchirent à molli d'ierre.

Le vi vint fithieux, "Hallez don, gasdemmin! I gabathirent de lus mus pour oquo une perque d'long, les pattes du griffon étaient engouées d'bas et d'raichines d'orme, et l'bouanhomme appiait sus les manchots pour le garder en raie.

Les hommes arrêtithent tout court.

"Tchi djâblye qu'ous avez don, à matin?"

Iun d'ieux raîponnit, "Ecoutez l'patron, je n'sommes pas payis pour faithe le travas d'un j'va, quant à mé, je n'y halle pus, j'aime mus m'en aller siez-nous.

Le bouanhomme me r'gardi et m'dit "La, vait-tu oquo tch'est qu j'avons à enduther avec ches ouaisiaux-là. Sacrebleu! ou est qu'est man jeune temps, j'aithais traîné chu griffon-là tout seu mé"!

"Félix, va ramasser la Bijou."

Quand la jument arrivi, ou fut liée sus l'griffon, mais n'ayant pas sorti de l'êtablye pour pus d'une semaine, oulle 'tait rêvillye comme une pouliche de quatre ans, et s'mint à giber dans les patates. Le bouanhomme vint fo et s'mint à lis bailli une ronde. Quand ou s'mins en travas pour de bon le griffon paissait dans les rangs comme un vrai "torpedo" et ch'tait tout chein que l'vi pouvait faithe de l'siéthe.

Dans des temps les pattes crochetaient dans l'rang d'patates et en airaichait pus d'une douzaine de rang.

"Ouaie, Ouaie" ! s'faisait l'bouonhomme.

"Là en v'là don du biau travas," et i' les r'gliennait et s'en allait les r'plianter à la pliaiche de ouest qu'illes avaient sorti.

"Erpique nout chute quédole-là à l'êtablye" qu'i' s'fit, je n'm'en vais pas aver mes patates saccagies comme chenna."

Le garçon s'en r'fut avec la jument et man vier anmin attrapit le maudit griffon à ses deux mains et l'fliantchi par dessus l'fossé.

Opprès chenna je nouos en fûmes jusqu'au prinseu baithe une feis d'cidre, et pis i' d'cendit treis ou quatre grapins qu'étaient pendus souos la poutre et s'en r'fut au clios avec.

Quand j'tchitti la ferme i' r'taient tous à grapiner comme le temps passé.

Le griffon est à vendre à bouan marchi.

Wednesday, 17 September 2014

1915: Lé Caouain et l'griffon - The Owl and the scarifier (2)

(siette)

Dans l'couothant d'la conversation je lus d'mandi, "Liaisous tchiquefais mes articlyes?

La bouannefemme se mins à rithe et dit, "Les lièthe? Je craithais. I' y a not'e bouanhomme ichin, ch'est là la prumié chose qu'i liét opprès avé r'gardé dans les "Décès." I' n'manquethait pas vot'e colonne pour auchune chose."

Là-dessus la p'tite dit, "J'les lièt ettou mé, quand je r'veins de l'êcole, mais je n'voudrais pas m'en vanter, car "Teacher" es'sait marrie s'ou l'savait, ou nouos a d'fendu de lièthe chu "rubbish" là, et ou dit qu'i' vaudrait bain mus pour nous, que j'apprendrethions à lièthe le bouan français. Raique l'aut'e jour Gladys Lêcaudé se mint à pâler du Caouain, et "Teacher" li donni chinquante lignes à apprendre."

"Hi, hi," qu'je fis, "i' n'est pas possiblye! Je fus si chotchi d'entendre patheille chose que l'appetit m'mantchi et je n'pu pas fini man dêjeuner.

Le bouonhomme êprouvi à me r'consoler et i' m'dit "Bah! bah! ne laisses pas chenna t'afflyigi man pouore garçon, tu sais bain qu'il est dit qu'un prophète n'est pas honoré dans son pays."

"Et comment qu'ou s'appelle, chute haîngre-là"? je d'mandi à la p'tite.

Mais quand ou vit l'êffet que v'là qu'avait ieu sus mé, ou n'voulit pas m'dithe.

Mais j'veindrai à dêcouvri quand même!

(à siéthe)

Visualising Stonehenge

La Bibliothèque Britannique a bliodgi:
The British Library has a particular interest in Stonehenge, because it possesses the earliest known depiction of the monument, from a manuscript of Wace’s Roman de Brut, made in the second quarter of the fourteenth century. The mythical figure of Merlin is shown assembling one of the famous sarsen trilithons by placing a lintel on top of two standing stones. His actions are observed with wonderment by two mortals, emphasising Stonehenge’s legendary status as well as the mysteriousness of its purpose.

Tuesday, 16 September 2014

1915: Lé Caouain et l'griffon - The Owl and the scarifier (1)

D'la Chronique de Jersey, 1915, par GW de Carteret:

Afin d'pouver êcrithe tchiquechose sus la tchestion des patates, je m'decidi l'aut'e matin d'aller payi une petite visite siez l'bouanhomme que j'avais 'tai vaie dans la saison d'la pliant'tie, et qu'avait laissi en plian par sa jolie p'tite planteresse.

Je savais bain à peu près à tchille heuthe qu'i' dêjeunaient et je m'trouvi sus les lieux tchiques minutes devant.

Je rencontri l'bouanhomme au pignon des bâtisses avec un boutchet à la main, i' v'nait justement d'soigni ses quétots.

"Hallo Caouain"! qu'i' m'dit "tu ès par les qu'mins d'bouanneheuthe man vi, tch'est qui t'amène par ichin?

Oh ch'est une idée d'not'e "Boss," je lis raîponnit, i' veurt saver des nouvelles entouor les patates, et j'ai pensé que je n'pouvais pas faithe mus que de v'nin dans ches parages ichin pour vaie comment que l'affaithe allait. Les vôtres sont-i' belles?"

"Eh bain, pas tant piéthes considéthant l'temps qu'j'avons ieu, je sommes à les griffonner tout chu temps, mais tu t'en vas v'nin les vaie pour té-même bétôt. Tu t'en vas rester à dêjeuner avec nous, sans doute?"

"Eh bain," j'lis dis, "n'y a pas de r'fus, comment qu'est la bouannefemme"?

A chu moment-là j'aperchu la tête d'une belle petite fillette à iune des f'nêtres d'chambre et un vouaix qui criyit, "Oh memmee, ne r'vélo l'Caouain dans l'bel, il est opprès d'la pompe à pâler à "father."

Et la bouannefemme raîponnit, "Eh bain va lis dithe bonjour, et dis lu qu'i' s'en vainjent touos les deux dêjeuner."

J'entrîmes, et opprès aver châtchi la patte avec touos les membres de la famille, je nouos assiévîmes à tablye.

(à siéthe)

Monday, 15 September 2014

J'avons compté des sou d'l'Irlande du Nord


J'avons compté des sou d'l'Irlande du Nord
J'avons compté des sou d'l'Irlande du Nord
et cartchulé un tas d'ûros;
ches billes et pièches sont v'nus dé touos les bords,
amouoch'lées, mais tchi piêssant lot!

En Irlande du Nord, ichîn en Jèrri,
en Angliétèrre, nou-s'a des billes
tchi sont (en Dgèrnésy étout!) des louis
qu'nou paie atout et qu'nou-s'atchil'ye.

En France nou-s'a d's ûros dans sa pouchette
et en Irlande (la Républyique).
Nou vait-i' la même bille deux fais dé siette?
La vie s'sait sîmpl'ye... les sou complyiquent!

(La s'maine pâssée j'comptînmes et cartchulînmes auve des billes dé Jèrri et d'l'Irlande du Nord et d's ûros au Pallion d'Saint Louothains - last week at the Saint Lawrence Pallion we counted and added up using Jersey and Northern Irish banknotes, and euros too)

Lé portrait êcopi - the spitting image

Language Log a bliodgi Spit(ting| and) images:

...argument that both "spitting image" and "spit and image" are probably re-interpretations of an original "spitten image"

In Jèrriais:
  • êcopi = spit
  • ch'est san portrait tout êcopi = he's the spitting image of him
  • ch'est san péthe tout êcopi = his the spitting image of his father

We can also say:
  • (ch'est san péthe) tout êcrit
  • (ch'est san péthe) tout ponnu
  • (ch'est san péthe) tout r'pété

Other spitting expressions:
  • êcopi compangnie = part company
  • i' vit d'êcopi = he lives on nothing but his saliva
  • ch'est coumme êcopi au driéthe d'eune vaque = it's as useful as spitting on a cow's backside (i.e. as much use as a chocolate teapot)

1916: The Pains visit the Exhibition

En êtudgiant la littéthatuthe d'la Preunmié Dgèrre Mondiale, chein tch'est dû à en prendre avis ch'est coumme tchi qu'l'audienche dé chu temps-là comprannait et atchilyait ches pièches. La pus grande partie d'la littéthatuthe en Jèrriais fut êcrite pouor les gâzettes - don ch'tait à propos, en l'heu, actuelle; y'a raîque tchiques pièches qué nou dithait 'taient r'fliéchies ou philosophiques entouor la dgèrre (ch'est d'èrmèrtchi qu'George d'La Forge, tch'avait 'té soudard dans les tranchies n'êcrivit dgéthe dé mémouaithes ou descriptions d'la Grande Dgèrre parmi ses articl'yes historiques). Coumme tréjous ch'est l'èrgard satirique tch'a l'au-d'ssus: nou fait du fanne des restrictions, d'la bureaucratie d'l'adminnistrâtion, et d's activités sociales. Tout chenna est comprannabl'ye; mais quand nou liet des descriptions grotesques et sanglieuses et înmaginnaithes d'la litte au Front et des batâles, s'n esprit d'achteu est pus à co chotchi. Ch'tait-i' qu'l'audienche en 1916 criyait qué ch'tait raîque du fanne, ou la moqu'sie des cratcheurs, ou d'la critique d'la dgèrre? Ch'tait-i' du niolîn jîngouais, ou bein y'avait-i' du séthieux driéthe ches histouaithes sangrénues? Chutte pièche dé 1916, par exempl'ye, a des pais au fou, des gâches et du thée, des prétentions sociales au Collège Victoria, et d'la machacréthie et bigorgéthie d'All'mands:

In studying First World War literature, it's difficult to come to terms with how the contemporary audience must have understood and received these texts. Most Jèrriais literature was written for newspapers - so it was topical, timely and of the moment; there are only a few texts that one would call reflective or philosophical about the war (it is notable that George F. Le Feuvre who served in the trenches hardly wrote anything at all about his memories of the Great War, or any descriptions, amongst his historical articles). As ever, it's the satirical look that predominates: shortages, administrative bureaucracy and social activities are made fun of. That's all understandable; but when one reads grotesque, bloodthirsty and made-up descriptions of frontline fighting and battles, one's modern sensibility is apt to be shocked. Did the audience in 1916 think it was just fun, or mockery of boasters, or criticism of the war? Was it jingoistic nonsense, or was there really something serious behind these improbable stories? this text from 1916 for example includes beancrock, cakes and tea, social climbing at Victoria College, and the massacre and slitting of throats of Germans:

The Pains visit the Exhibition
"Dînons d'bouonne heuthe," que j'dis a nos gens Lundi, "j'nos n'allons au Show au College. Ch'est mé qui paie partout, et bethons du tée là."

Ne v'la don que j'nos enfûmes dans touos nos ports. Me avec ma casaque a ponniaux, man veste de pé d'taupe, et man tappeur; Laïzé toute en né - ch'est la coulêu qui va l'mus avec san tempéthament - et Lonôre attifée coumme yun d'chès portraits qu'nou vet sus les gazettes de mode. Ch'est sa méthe qui se d'mente de l'habillyi d'même; ou s'est mînze dans l'idée qu'ch'est la vraie moniethe d'attithé les r'gards sus sa fille - en veue d'lis trouvé un gallant, s'ou voulez savé l'fond d'l'histouèthe.

Nou n'fut pas long a ramonté les caches du College, et en l'heu nos v'la souos l'portico.

Sunday, 14 September 2014

Tchiques vièrs portraits - Some old pictures

Nou-s'a ajouôté (ou mîns à jour) tchiques vièrs portraits sus Les Pages Jèrriaises:

Some old pictures have been added or updated on Les Pages Jèrriaises:

Eileen Le Sueur:


Saturday, 13 September 2014

1916: Lé Procès - The Trial

Nou-s'a ajouôté des portraits d'annonches pouor des présentâtions en 1916 d'la pièche dé thiâtre Le Procès d'Elie sus les pages d'la Section d'la langue Jèrriaise d'La Société Jersiaise:

Some images of advertisements for perfomances of EJ Luce's Jèrriais play Le Procès in 1916 have been added to Section pages:


Friday, 12 September 2014

1916: How Piteur caught a cold

Acouo eune histouaithe sangrénue à touônner les sangs d'la Grande Dgèrre:

Another unlikely and gruesome tale from the Great War:

How Piteur caught a cold
J'sis enrhoué! Mé qu'ai d'amor eunne si belle vouée d'basse - tchiq' chose a rav'nin a la sienne du moussieu qui chanti "L'Forgeux" l'aut sé a St. Jean - ch'est a peine si j'peux artitculé; nou dithait la vouée d'un Almand ov la bouoche plienne de rotchettes.

Ch'qu'i fait qué j'sis dans ch't'èstat, ch'est la faute a Laizé, la femme qu'a 'té créee et minse au monde pour me faithe anglyi du matin au sé et souvent la niée quand i' fait sombre et qu'ou s'immaginne entendre le rounnais d'eunne reue d'Zepplin. Oul est v'nue d'même èsnervée d'pis la niet qu'ou ramonti s'couochi d'vant mé viyant que j'résti tard a èstchuthé y-un des sabres que j'ai rapporté du Frunt et que j'compte dounné pour être vendu pour la Red Cross. J'mèstrueulli contre le ouachstan en tâtounnant par la chambre et y'eut un pataflias terriblye.