Monday, 3 August 2015

Un but d'la Bibl'ye - Bible snippet

Sieaume 97:

Psalm 97:


Channel Islands viewed from ISS in 2012
Le Seigneu est l'Rouai, qu'la tèrre s'en rêjouisse! Véthe, qué l'êtrueûlée d'îles s'en rêjouisse! Tout l'tou d'li y'a des nouages et d'la nièrcheu; san trône est jutchi sus la justice et l'jugement. Eune brûl'lie îtha l'avant à li tchi brûl'la ses enn'mîns par touos les bords. Ses êparts dé feu êcliaithent lé monde; la tèrre les a veu et en a ieu peux. Les monts ont fondu coumme d'la chithe dans la présence du Seigneu; dans la présence du Seigneu d'la tèrre entchiéthe. Les cieux ont procliâmé sa justice, et tout l'peupl'ye ont veu sa glouaithe. Qu'les cheins tchi louangent des êpitafl'yes et tch'honothent des êmânues saient morfondus; louangiz-lé, touos vous l's êmânues! Sion l'a ouï et s'en est rêjoui; et les fil'yes dé Judâ ont 'té heutheuses par cause dé tes jugements, oh Seigneu. Ch'est en tchi, Seigneu, tu'es pus haut qué touos les cheins sus la tèrre; tu'es glorifié bein pus haut qu'les êmânues. Vous tch'aimez l'Seigneu, dêtestez la maûvaîtchi; lé Seigneu sauve les âmes dé ses saints, i' les libéth'tha d'la main du malîn. Eune leunmiéthe a géthi pouor les justes, et d'la jouaie pouor les fidèles dans l'tchoeu. Rêjouiss'-ous dans l'Seigneu, vous les justes, et r'mèrciez san saint nom!

1961: La grande tchestchion d'vant l's Etats - The big question before the States (3)

Auprès les lapîns et la grande tchestchion, Merrienne but trop d'..... thée:

After the rabbits and the big question, Merrienne drank too much.... tea:


(siette et fîn)
Ma bouonnefemme s'en fut dé bouonne heuthe à la grande fête à la Preumié Tour, et r'vint ben lâssée, mais toute joyeuse parsque l'temps avait resté bé après le d'luge dans les sept heuthes du matîn. "J'savais," ou dit, "que la pâraisse dé Saint Louothains ne s'sait pas desertée par la Providence."

J'li d'mandis si y'avait yeu du monde.

"Oui, Ph'lip," ou raîponnit, "et pûs de p'tits bidéts que j'n'éthais creu d'vaie en Jêrri. Pour dithe vrai, j'ai trouvé lé programme un mio long, et j'ai 'té contente de m'en r'venîn d'vant la fîn. après une tâsse dé tais et une bouochie j'ithais m'couochi."

"Tu'as veu tchitchuns de tes couôsins, sans doute?" je m'fis.

"Oh, vèthe," ou raîponnit, "et i' pathaîssaient tous contents de m'vais, mais Ph'lip, j'n'ai bu rein qu'du tais, ou prèsque rein. Il est si difficile de r'fûser tout l'temps, mais j'ai 'té bein r'gardantes."

"Et l'Recteur, était-i' là?" j'li d'mandis.

"S'i' 'tait là," ou dit, "je n'le vis pas, mais j'en doute."

Et. Moussieu, un mio pûs tard j'eus à aidgi à ma bouonnefemme à ramonter les d'grés. Tout l'tais qu'oulle avait bu y'avait d'vallé dans les gambes! Il est fort à Saint Louothains!

Ph'lip
26/8/1961


Les Aviers (1)

Né v'chîn l'texte d'aniet d'not' auteu du mais, Messire Robèrt Pipon Mathet (Laelius):

Here's today's text by our author of the month, Sir Robert Pipon Marett (Laelius):

LES AVIERS
Lo-lô, lô-lô ne crie pon tant
Ne fais pon tant d'sabbat j't'en prie!
Qu'est donc qu'il a l'bénit efant? -
Là, veurs tu prendre d'la bouillie?
Ach' t'eu est-i' ben barbouilli!
Reste donc tranquille ov' ta main, -
Bon, est-tu content, p'tit vilain!
Man bedgown en est tout touoilli!

Sunday, 2 August 2015

Les Vieilles Filles (2)

Né v'chîn l'texte d'aniet d'not' auteu du mais, Messire Robèrt Pipon Mathet (Laelius):

Here's today's text by our author of the month, Sir Robert Pipon Marett (Laelius):

(siette et fîn)
Que ch'tait là drôl's de temps!
Chacun, voulant fair' la cour,
S'capuchait ov' touos venants
Pour la dame dé s'n'amour!
Cheux qui f'raient ditet à ch't'eu,
Nou n'en f'rait ni iun ni deux
Pour lux mettre un Curateu'! -
P't'êt' ben mêm' que l'Procureux
Dirait, en rouolant les yeux,
"Je conclus,
Je conclus,
A ch'que chés gueux saient pendus!"

Saturday, 1 August 2015

1961: La grande tchestchion d'vant l's Etats - The big question before the States (2)

Auprès les lapîns, Ph'lip vînt à la grande tchestchion:

After the rabbits, Ph'lip came to the big question:


(siette)
À ch'teu, Moussieu, la grande tchestchion ch'est, sans autchune doute, chein tchi s'arrivit dans l's Etats l'autre jour. J'voudrais pouver dithe franchement chein qu'j'en crais, mais, pour pûs d'une raison, ch'est impossiblye. Avec chonna j'ai tréjous comprînt qu'un atchûsé n'dait pas être condamné sans aver yeu une chance de se d'fendre. Nou-s-a entendu la pliainte du Sénateur Crill, du Sénateur Krichefski et l's autres qu'ont voulu résigner du comité spécial tch'avait 'té appointé pour aller à Londres pour conférer sûs un tchestchion de finance. Lé Cyril Lé Mèrquand et l'Sénateur Rumfitt sont atchusés d'aver 'tait en conférence avec la Trésor'rie drièthe lé dos d'lûs collègues et la "Post" a dit que si ch'est vrai i' méthident une ruse punition.

À ch'teu, Moussieu, je n'ai pas tréjous approuvé des actions de chais deux mêssieux, mais je n'ai jamais yeu occasion d'imaginer tch'i' n'sont pas touos les deux des hommes honnêtes et intègres.

Les Vieilles Filles (1)

L'auteu du mais: châque mais en 2015 j'allons bliodgi des textes d'un auteu Jèrriais. Not' auteu du mais d'Août est Messire Robèrt Pipon Mathet (Laelius, 1820 - 1884).

Author of the month: each month in 2015, we'll be blogging texts by a Jèrriais author. Our author for the month of August is Sir Robert Pipon Marett (Laelius, 1820 - 1884).

Les Vieilles Filles
Chacun s'moque des vieill's filles!
Iun dit: "Ils ont l'nez pointu!"
L'autr': "I' sont trop difficiles,
Ch'est du vinaigre tout cru!
Quand i' n'sont pon à l'église
I' n'font, pour se passer l'temps,
Qu'inventer quique sottise,
Et pis l'mett'nt sus l'co ès gens!
Nou dit qu'la langu' des serpents
Est pointue
Est pointue
Mais la leur l'est d'abouon pus!"

Friday, 31 July 2015

Anglo-Norman words: Word of the Month: The Anglo-Norman Horse (part 1)...

 Lé j'va en Anglio-Nouormand:

Anglo-Norman words: Word of the Month: The Anglo-Norman Horse (part 1)...: A term that may be familiar to the casual Googler of 'Anglo-Norman' as much as to professional horse-breeders is 'the Anglo-Nor...


La bouordréthie dé vliques

Né v'chîn la poésie d'aniet, tch'appathaît ichîn pouor la preunmié fais, d'not' auteu du mais, Geraint Jennings:

Here's today's previously unpublished poem by our author of the month, Geraint Jennings:

La bouordréthie dé vliques

La poutchie d'vliques tchîncaillait quandi qu'j'la viédgais
en comptant châque êcale - eune clioche tchi sonnait quas;
châque pétit sounneux dêhalit san marté d'chai
à seule fîn d'craûler sa cruque sans êcaliflias.

Douochement ches pids - ou langues - avanchaient en litchant,
êchoués et êcalés sus un p'tit blianc liet s'tchi;
j'dêrouôlis d'san patchet l'cont'nu entchi clyitchant -
sus l'boulais des blianches couoches dé pliastique et d'papi.

Thursday, 30 July 2015

1912: How Piteur takes a drubbing

Eune dgèrtchiéthe dans sa pouchette? Piteur Pain dênyie tout:

A garter in his pocket? Piteur Pain denies everything:

How Piteur takes a drubbing
"Send Mister Pain to me," que l'Bos dit hier au matin en entrant dans s'n'office; et quand j'fut la endrét li: J'ai quâsi chose de qu'manchi l'année par r'trouvé a r'dithe, qui s'fit en me r'gardant par sus ses leunettes, mais j'ai a vos pâslé."

Et y m'en conti long! A l'oué pâslé - j'peux vos l'dithe d'pis qui n'comprend pon l'angliais - j'tais un dèsvergondé, un badléthan, un buzard; j'avais fait plieuthé ma femme, èsvonni ma fille; touôs l's autres empliées d'la gazette s'n'allaient r'fusé d'travaillyi ov un houmme qui bouessonnait; et l'president d'la Young Men's Christian avait prêchi un sermon sus mé ès bouans jeunnes gens qui vont au Club touos les siers joué ès dominos et béthe de l'ieau d'canelle.

1961: La grande tchestchion d'vant l's Etats - The big question before the States (1)

En 1961, la grande tchestchion d'vant l's Êtats n'tait pon les lapîns, mais Ph'lip s'en d'mentait:

The big question before the States in 1961 wasn't rabbits, but that was Ph'lip's priority:

La grande tchestchion d'vant l's Etats
Ph'lip né dit pas tout ch'qu'i' pense
à Portinfé,
Saint Ou.

Moussieu l'Êditeu,

Ou vos r'souveindrez, sans doute, de chein que j'vos avais dis y'a tchique temps au sujet de chais maudits lapîns que la Merrienne avait mînt à bànon dans l'gardîn pour mangi la serclye, ne sachant pas, la pouôre bêtasse, qu'un lapîn n'est pas partitchulyi, et avale tout ch'tchi trouve de vert dans un gardîn, serclye ou bouonne pliante. Dans une semaine i' n'restait pas une seule flieur, et dans ma betchet i' n'y avait que des taupinniéthes. Ayant veu sa mêprînse, la bouonnefemme tachit de rattraper les lapîns, mais i' couothaient trop vite pour lyi, et bétôt, les v'là à creûser des domiciles dans l'fossé au bas du gardîn. Pour vaie si sa vielle catte éthait pûs d'chance, ou s'mînt dans la tête une séthée d'la fouôrrer dans yun d'chais creux, et je n'l'avons pas veu d'pis. Quant ès lapîns y'en avait bétôt pûs que jamais, et l'jour vînt que j'm'en lâssis et j'me décidis de faithe un êffort pour les dêtruithe.

J'té r'mèrcions - We thank Thee

D'un mannuscrit parmi les papièrs à Eileen L'Sueux, j'avons achteu un vèrset d'extra d'chu cantique:

A manuscript among the papers of Eileen Le Sueur has enabled us to add a verse that we didn't have before to this hymn:

J'té r'mèrcions
J'té r'mèrcions pour la création,
O Seigneur, dé chutte tèrre si belle,
Dé la mé, du ciel, dé l'arsion
Du solé et d'la lueu d'l'êtaile.

Mèrcie pour la bieauté des flieurs
Tchi couvrent la tèrre comme un tapis,
Et pour les bouais, si ordgilleurs
Qu'lus têtes et l'ciel sont vis-à-vis.

Mais montr-é nous qu'ch'est acouo mus,
Et vraînment bein pus méthitouaithe,
D'admither eune bouanne oeuvre, Jésû,
Faite en tan nom, et à ta glouaithe.

Ch'est en tchi à m'suthe qué j'marchons
Pénibliément, dans l'c'min d'la vie,
Aîgue-nous, Seigneu, qu'j'nos comportons
En sorte d'êt' dîngnes du Paradis.

The Language Without Literature (?)

L'Opétha annonche:

T. Scott Warren / G. Jennings: The Language Without Literature
Jersey Festival of Words
Sun 4th October | 2.00pm
At CCA Galleries
Tickets: £5

Tony and Geraint of the L’Office du Jèrriais are passionate promoters of Jersey’s native tongue and run a schools programme in order to pass on this unique language to a new generation. Here they will discuss the history and development of Jerriais, and will prove that this is not the ‘language without literature’ of popular belief. Come along and share their enthusiasm for all things Jèrriais.