Tuesday, 2 September 2014

La Visite de la Reine en Gesry, lé 2 d'Stembre 1846

LA VISITE DE LA REINE EN GESRY.
LE 2 D'STEMBRE 1846.

GIALOGUE ESCRIT À CHU SUGET LÀ PAR UN GESRIAIS.

  • Le Père, ME. PHLIP.
  • La Mère, MANON.
  • JEANTON, lus Fille.
  • MERGUITTE, lus Couesinne.


JEANTON.

Halos! Halos! Moman as tu ouï les nouvelles,
La Reine s'en va v'nin ses fils et ses demoiselles
I s'ront toues ichin d' main avec le Prince Albert
J'lai veu sus la gazet au Couësin Philip Vibert.
Yien érati du trains à chain qu'nou dit en ville
Ouest qu'tout est chain d'sus d'sous, sifaut en criaiz la fille
Qui vain d'qu'rir un bennett pour la Suzon Erthu
Quira vais chonna d'main ovec Jeanton Esthu.
J'irai et tou ma fé, j'mettrai ma belle robe
Mes toues biaux fins saulairs que vlo sus man wardrobe
Et j'corlerai mes g'veux et j'y mettrai des flieurs
Et jt'rouvrai un galant parmi toues les promeneurs!

MANON.

J'irai et tout ma fille en ouvrant à ma cauche
Dans l'traisné du Couësin d'ma Couësinne Esthé Bauche
Va et lus dit Jeanneton de v'nin au co d'canon
Et d'nos esviltonner, mé et man vier garçon.

JEANTON.

Eh bain et qui o'quo à huiptant deux ans d'asge,
Tu veux aller en ville et quitter ton mesnage
Pour aller galvauder et vais tout chu floquet
Qui riront ent'viyant ouvrer à tan blianchet,
Sans robe, ni bennett, ni polka! ni bosselle!
Ni mantlet, ni biaux gants, ni saulairs à sandelle.

MANON.

Qu'est qu'tout chon chin veux dire est quj'ai besoin d'piaux d'cat!
De touas chest flans flus là, chest d'sorguiers tout chonna

1914: Both Ladies Volunteer (1)

Quand la Grande Dgèrre fut dêcliathée, un tas d'femmes fîtent du mangnifique travas dans la noss'sie et les mannifactuthes. Laizé et Lonore Pain tout coumme n'taient pon des pus au-faites:

When the Great War started, many women did splendid work in nursing and factories. The volunteer work of the ladies of the Pain family was however less than splendid:

Both Ladies Volunteer
J'fumes, mémée et mé, a l'office du Gouverneux, pour lus dithe que j'avaimes décidé d'lus offri nos services coumme neusses pour lus soudards. J'fumes r'chues par un grand maigre a moustaches avec un long sabre, qui nos dit d'passé par ichin si vos pliait. J'entrimes dans un parleux ou-ès qu'y'avait eunne douzaine ou d'mème d'officiers a èscrithe, a d'vizé, et, dans eunne carre, deux d'yeux 'taient a pratitchi l'un contre l'autre ov lus sabres. J'n'eut que d'm'èsvonni!

Quand j'eumes dounné nos noms, âge, profession (v'la tchi les fit se r'dréchi quand mémée dit que j'vivaimes de nos rentes!) lieu d'tchulte, "married or single" et si j'avaimes jommais neussé d'vant. Mémée lus dit que pour de lyi oul 'tait mathiée, méthe de famille; et qu'ou savait faithe de l'onguent d'vertes figues bouollyie dans d'la graisse de caouin pour les morouitte.

Monday, 1 September 2014

Les Pallions - Autumn term 2014 - information for parents

We will be starting lessons at Les Pallions from Monday 8th September. However, if your child is attending the Pallion d'Grouville, there will be no lesson at Grouville School until 18th September due to the Jersey International Air Display.

The lessons take place as follows:

Lé Pallion d'St. Louothains at St. Lawrence School
Mondays 3.45-4.30
Lé Pallion d'St. Pièrre at St. Peter's School
Tuesdays 3.45-4.30
Lé Pallion d'la Preunmié Tou at First Tower School
Wednesdays 3.45-4.30
Lé Pallion d'Grouville at Grouville School
Thursdays 3.45-4.30

The lessons begin promptly at 3.45 in order for parents bringing students from other schools to get to their Pallion. If you are in this situation, please ensure that your child arrives before 3.45. If your child attends the school where the Pallion takes place, he or she may remain at school - a Jèrriais teacher is scheduled to arrive at each Pallion at 3.00.

Please also make sure that your child is met at 4.30 - the Pallion teachers may have to get to later lessons and so delays are not desirable!

If you cannot get your child to a lesson, please (if possible) let us know in advance. If you want your child to attend a different Pallion, please discuss this with us - we can usually arrange changes. Also if you need to withdraw your child from their Pallion, please advise us of this - otherwise we have to contact their school to find out why they have not attended.

A good standard of behaviour is expected of our students. The emphasis of our lessons is on enjoyable learning, and children will be invited from time to time to take part in some voluntary Jèrriais events, such as the Eisteddfod, concerts and Christmas Carol singing.

If parents or grandparents would like to attend the Pallion and learn some Jèrriais with their son or daughter, please let us know. We have had a number of adult learners join us in previous years, and they have been able to continue learning outside the classroom with their family.

There is no charge for Jèrriais lessons at Les Pallions; L'Office du Jèrriais receives a grant from the Départément pouor l'Êducâtion, l'Sport et la Tchultuthe (Department for Education, Sport and Culture) to provide teaching of our language.

Please feel free to contact us if you have any questions or concerns about Jèrriais lessons.

1823: côner - to blow a horn

cône = horn

côner = sound a horn, hoot; dig with a horn; gore

Unless you're in everyday contact with bêtes â cônes (cattle), you're most likely to encounter the verb côner these days in the sense of of hooting a (car) horn. Temps pâssé, blowing the cow horn or the conch shell was a notable noisy feature of Midsummer festivities (like bachîn ringing). But there's always someone who'll write in to the newspapers to complain about public festivities - even back in 1823. Still, a good thing they did as this serves as evidence for the urban practice of Midsummer customs, and how they were not confined to Midsummer Eve. (The letter is in French, except for the Jèrriais words cowner, cowneurs and cownes which represent modern spellings côner, côneurs and cônes)

M. L'Editeur.

Nous vivons dans un tems où l'on s'occupe fort de corriger les anciens abus. Ici comme ailleurs des patriotes infatigables sont toujours à la piste des dêfauts de la constitution, des lois ou des usages, pour les reformer. N'est-il pas surprenant, M' l'Editeur, que pas un de ces Messieurs n'ait encore apperçu ou pour mieux dire entendu un des plus grands inconvéniens auquels des oreilles sensibles puissent être exposées? Je veux parler de la détestable coutume de cowner, (corner) dans des coquilles la veille et le jour de St.-Jean, et même huit jours avant et après? Encore si nos polissons cownaient aussi mélodieusement que les Tritons d'autrefois, qui au dire des poëtes, gens comme on sait, très-véridiques, tiraient de leurs coquilles les sons les plus agréables, on ne s'en plaindrait pas; mais, qu'elle différence, grands Dieux! quelle tambabie, quel infernal tintamare! Si au moins nos cowneurs se tenaient à l'écart, sur le Mont Patibulaire, ou ès Roquettes, les entendrait seulement qui voudrait; mais, point du tout; car ainsi que tous leurs confrères, les enfans de l'harmonie, ils aiment à se faire entendre, et sinon admirer, du moins à se faire donner de bon cœur à tous les diables, par quiconque n'est point sourd comme un poteau. C'est bien là un abus, personne de le défendra. Or je voudrais bien savoir s'il entre dans les attributions de la police de protéger les oreilles des bons bourgeois de St.-Hélier contre les cownes, aussi bien que leur pids contre la crotte et leurs nez contre les odeurs peu suaves? Dans le cas où la réponse serait affirmative, je vous prie de m'appuyer auprès de qui il appartient, pour que dès ce moment des mesures efficaces soient prises pour faire cesser cet intolérable abus.

J'ai l'honneur de vous saluer,
Fine-Oreille.
St.-Hélier, ce 3e Juillet 1823

Friday, 29 August 2014

La Léçon

Eune pièche dé Jean Picot d'1905:

A piece by Jean Picot from 1905:

La Léçon
(Scène d'escolle)
L'inspecteur:
"Allons, garçons, j'allons vais
Si ou z'avèz bein apprint vot' léçon,
Rèspounnèz à haute vouaie,
Et jé vos promêts
Un holiday
Tchiq' jour dé "Show" ou bein d'Eslection!"

Q Tch'est qu'ch'est qu'un Bill-Tappeur?
R Ch'est un haût chapé qu'un houmme met à neuches ou a enterrements, et y'ièn a tchi paraissent bein bête ov chounna sûs lus tête.
Q Les femmes et les filles, tchi sorte dé chapiaux est qu'y mettent?
R Les pus grands qu'y peuvent achater, trimmès ov des ouaisiaux pour embêter es hoummes tchi sont assis drière y'ieux ès concerts ou ailleurs.
Q Tch'est qu'ch'est qué lé "torticolis?"
R Lé tchi? Moussieu... lé, lé... rigolice?
Q Nennin, nennin... jé né pâslons pon dé chucrins, lé tor-ti-co-lis?
R Ah, oui, Moussieu, - ch'est là lé mâ' qué les hoummes sé font au cô à forche d'èspier ès côtès et par-dessus chès chapiaux-là pour vais chein qui sé pâsse sûs lé stage.
Q Tch'est qui les fait t'nin sus lus tête, les chapiaux ès femmes?
R Des espilles tchi sont pus longues et pus finnes qué les dents d'un râtè à lanchons.
Q Servent-y à aut'chose, chès espilles-là?
R Oui, quand n'ou mange des vlicquots bouôllyis, y sont fameuses pour les haller hors dé d'dans la cruque.
Q Tch'est qu'ch'est qu'unn' "lorne"?
R Un manière dé bonnett' fait ov dé la marchandise. Y'ien a dé toutes les couleurs...
Q Les filles qu'allaient nuêue-tête l'èstè passè, en ont-y 'tait dé mûs?
R Y n'lé faût pas, parcequ'un pêrrutchi dé la Ville disait dernièrement sûs la Gazette qu'y perdaient lus qu'veux à la poignie - mais coumme y vend dé tchi pour les faire erprendre, n'ou n'en r'trouv'ra peut être pas tant dans la soupe achet'eu.
Q Pourtch'est qué les vielles filles ergardent-y tréjous la lunne?
R Parcé qu'y craient qu'y y'ià unn' houmme dédans.
Q Font-y aut'chose pour sé pâsser l'temps?
R Oui, y sont tréjous à quéuter des nouvelles, bêvent un tâs dé thaie, soignent lus câts et lus pêrrots et font des slippeurs et des bounnêts dé nièt pour lus ministre.
Q Tch'il âge ont-y bein, les vielles filles?
R Jâmais pus dé trente ans - si en câs, y font dé lus mûs pour sé rajeuni, mais y né faût pon y'r'garder dé trop près.
Q Tch'est qu'à lé pûs haut poste à l'Eglyise dé la Trin'tè, le Recteur ou les Surveillants?
R Ni l'un ni l's autres, Moussieu, ch'est lé coq sus la pointe du cliochi.
Q Tch'est qui s'endort lé pûs vite au lièt, y'ieun qu'à mal-ès-dents, ou y'ieun qu'à l'amour en tête?
R Y n'y'ià pas a en douter: ch'est lé chein qu'à mal-ès-dents.
Q Tch'est qu'ch'est qu'unn' "patte-a-ouâre"?
R Ch'est la couôsinne germaine à la "tourné-ouaillipse"
Q Tch'est qui pique pus dû qu'un vêpre?
R (en sè frottant) Ch'est la baguette au maître quand j'avons fait tchiq' dro'.
Q Tch'est qu'est pus doux qué l'chucre?
R Ch'est dé vot' faûte, Moussieu si ou né savèz pon chounna - vous qu'allèz dans tant d'escolles et qu'avez la chance dé faire la cârre à toutes les maîtresses!

(Tous s'èsgouffent à rire et L'Inspecteur mârri sé lève en criant "Man p'tit affrontè!" Y sé sauvent l'Inspecteur sou'entre yieux)

Fin dé la Lécon!

JP
1905

Thursday, 28 August 2014

Au café aniet - today at the café

Tchiques mots d'la caqu'téthie aniet:

Some words from today's chat:

  • un gliaichon = an ice cube
  • s'mett' sus les rangs = to stand (for election)
  • eune êlîngue = a catapult
  • un mêtchi = a loom
  • un vîthelîn = a weever fish, a stingfish
  • miâtchi / bliâtchi = to munch, crunch, eat noisily

Nou-s'a distchuté "multi-tasking".... d'la multi-tâch'chie? ou d'la tas-d'tâch'chie? ou tchi? Tch'est qu'ous en criyiz, bouonnes gens?

Wednesday, 27 August 2014

1914: Piteur's Opinion on Current Events

Y'a chent ans, du Morning News du 2 d'Septembre 1914, né v'chîn eune histouaithe des Pains, et du jour d'aniet nou dithait qu'ch'n'est dgéthe du miyeu goût! Laïzé et Lonôre "livréthont un quart'ron d'savon la s'maine ès veuves dé soudards morts à la dgèrre pourveu qu'i' piêssent prouver qu'lus houmme a tué au mains un Allemand d'vant qué d'mouothi". Nou s'en êgouffait d'rithe sans doute à chu temps-là...

From the Morning News of almost exactly 100 years ago, at the beginning of September 1914 before the horrors of the Great War became apparent, here's a satirical piece on wartime shortages that from today's viewpoint can seem in shockingly bad taste. As Piteur Pain tells it, Laïzé and Lonôre Pain undertake "to deliver a quarter-pound of soap a week to widows of soldiers fallen in battle provided they can prove their husbands killed at least one German before dying". It probably seemed a laugh at the time...

Piteur's Opinion on Current Events
Au prix qu'est l'chucre et bin d'aut' choses, l'affaithe pinche du côté d'la pouchette. Tout a pour dithe enchiéthie sinon mes gages; souos prétexte que l'papi est a un prix fo, l'Editeu pâsli l'aut' jour de les molli. "Molli mes gages!" que j'me fis; "qui s'ait putot sus l'aut' pid qui faudrait pâslé de dansé! L'chucre a enchiéthi - Laizé n'en met qu'très tchullées dans ma tée; et n'veurt pon m'en fourni entou sus mes domplinnes. L'pain a hauchi p ch'est pour cheunna que j'me sis mins a manji d'la gache - et pour ch'qu'en est d'un beefsteak, n'y'a qu'mé qui peux affordé a en manji siez nous - les femmes se contentent de suppé l'jus qui reste sus m'n assiette quand j'ai fini de m'stoffé.

Tuesday, 26 August 2014

Dictionary addenda

Miellais = inhabitant of dunes; inhabitant of place called La Mielle/Les Mielles; inhabitant of Cheapside/The Parade area of Saint Helier

(Cheapside = Les Mielles du Bas; People's Park = Les Mielles du Haut; The Parade = La Pathade, formerly Les Mielles)

Monday, 25 August 2014

La pédal'lie d'hièr - Yesterday's cycling

Unn' Bollèe dé bouanne Soupe

Eune pièche dé Jean Picot dé 1907:
This improbable tale in verse was written by Jean Picot in 1907:

Unn' Bollèe dé bouanne Soupe
Nou z'est-y don bête dans bein des temps,
Ch'est la faûte à chès fichus docteurs -
Nou dèspense ses sous en médicaments,
Quand nos r'mièdes valent mus qué les leurs!

Mais ou z'en doutèz - et ou mé dirèz peut-être:
"Touôs vos tracâs pour amender nos maûx
Pour bein s'en servi y faût les counnaître,
Et saver les arrangi êtout coumme y faût."

Voire, mais nou trouve t'y pon, ichin et là,
Des ammins tchi vos offrent des avis pour rein?
"Prennèz chein qué j'vos dit pour votre estoumma,
Et," s'font-y, "j'soummes seûrs qui vos f'ra du bein."

Lus r'miède s'ra simple, et à bouan marchi,
Yieun à tchi ou n'érêtes jâmais creu ou pensè,
N'y r'gardèz pon d'près si ou voulèz vos guéri,
Maîme si ché n'est qué tchiq' sorte dé saletè!

Escoutèz l'histouait d'un pouôre triste mâtin,
Qu'était happè d'un mâ... djiantre! coumment l'explitchi?
Les docteurs l'y dounnent un biaû nom en Latin,
Pour qué les gens modestes né l'trouve pon grôssi!

Saturday, 23 August 2014

Tchi? Un apricotchi!

Du niolîn en vitesse:
Sort of a tonguetwisting bit of nonsense:

Tchi? Un apricotchi!
Tch'est qu'ch'est qué chenna?
Ch'est un apricotchi.
Nou-fait, ch'est un apotitchi!
Pouor dé mé, ch'est un pot cratchi.
M'est avis, ch'est pus à co un co apitchi.
Tchi niolîn! Ch'est eune hèrpe êpèrtchie.
Nou-fait-dgia! Ch'est un apèrt rotchi!
Tai-té! Ch'est un cat pitchi!
J'dîthais, mé, qu'ch'est un vêpre à coutchi.
Ou ofûche un couque à paûtchi?
Nânnîn, ch'est eune cope à pliutchi.
Assa, ch'est eune nappe à pêtchi!
Tu méthite, té, un co d'pid au tchu!
I' n'est pon d'mêtchi d's'entr'-astitchi!
Ch'est d'tchi à dêpaûtchi.
Ch'est un jé n'sai tchi!
Et v'là tch'est un pitchi...
    ch'est en tchi...
        j'aim'thais bein en tchilyi...
            d's apricots à ch't apricotchi.

Friday, 22 August 2014

The local press as poetry publisher 1800-1900

An old post from the fascinating The local press as poetry publisher 1800-1900 blog (Research blog by Andrew Hobbs and Claire Januszewski, UCLan.) provides interesting examples of how and why poetry was published in C19th newspapers in England. This concept of the bardic community could usefully be applied to the vernacular authors of the Channel Islands and their relationship with newspapers - in the case of Laelius and Elie, the relationship was even closer as they were newspaper editors. In the case of the Channel Island vernacular writers, one might also argue that the question of linguistic identity also played a part, with Jèrriais and Dgèrnésiais being empoyed as bardic languages.

Poetic behaviour and bardic communities

There are two useful ideas in understanding Blackburn’s poetic culture: Brian Maidment’s concept of the bardic community, and Charles LaPorte’s concept of ‘poetic behaviour’. Maidment argues that working-class espousal of the Romantic idea of the bard encouraged the idea that ‘all individuals possessed the sensibility, if not the skill or linguistic resources, to be poets.’ Some of the poetry published – and unpublished — in the local press suggests that many people believed lack of skill was no barrier, that everyone had the right to express themselves in verse, to indulge in what Laporte calls ‘poetic behaviour’. According to Maidment, these local groups of working-class poets functioned as ‘bardic communities’, with the self-educated poet seen as a ‘slightly more articulate neighbour’. Romantic poets, especially Wordsworth and Shelley, had raised the status of the bardic identity — associated with ‘unlettered’ poetry, ‘spontaneous talent’ — making it very attractive to provincial self-educated writers who were excluded geographically and culturally from the centres of literary power.

In my view, Robert Burns was particularly important – because of his class, use of non-Standard English language, and his ordinary, everyday subject matter.

Maidment identifies four characteristics of bardic groups, based on a study of Manchester’s mid-century poetic culture, all of which were also present in Blackburn:

1. dedicatory poems to fellow poets,

2. group anthologies,

3. the linking of poetry with local pride,

4. use of an expanding range of places and publications for performance and publication, especially local newspapers and periodicals.